lundi 2 avril 2012


La science en région

ou les aventures de la « tite » Sylvie de Baie-Comeau


Cette année, pour soutenir l’implantation du programme de sciences en formation de base diversifiée (FBD), j’ai été invitée à accompagner notre conseillère pédagogique à la rencontre des responsables de soutien pédagogique du mois de mars dernier. J’ai assisté à plusieurs ateliers où l’insistance sur le changement de pratique est nécessaire pour réussir l’accompagnement en apprentissage et pour réussir l’évaluation. J’ai finalement pris conscience que la science avec l’esprit de la réforme doit commencer en formation de base commune (FBC).

En région, tous les sigles de mathématique et de science à suivre dans une même classe par une seule ressource, rendent difficile l’intégration de la réforme sans l’utilisation d’un système d’apprentissage et de suivi individualisé, et sont des contraintes liées à l’organisation scolaire en FBD. En effet, nous supposons qu’à ce niveau (FBD), une autonomie est déjà acquise de la part des élèves.

Par contre, le portrait de la clientèle qui fréquente présentement la FBC n’inclut aucun cheminement scientifique dans leur passé scolaire au secteur des jeunes. Trop souvent, l’offre de service déployée dans les centres ne propose pas les sigles de la science et de la technologie développés pour la FBC. Alors, qu’adviendra-t-il de cette clientèle lorsqu’elle sera intégrée à des groupes de FBD où le ratio est plus grand et l’accompagnement d’une réalité très différente de celle de la FBC?

Sur le chemin du retour, Claudine et moi étions confinées dans la voiture pendant près de 6 heures. Évidemment, nous avons eu le temps de discuter de ces constats suscitant une profonde réflexion et faisant émerger une idée de solution, c’est-à-dire, une initiation à la démarche scientifique en FBC sous forme de capsules.

J’ai donc commencé à donner ces capsules d’environ 90 minutes, parlant du corps humain, de la physique, de la chimie, des insectes et des sujets scientifiques où les élèves de la FBC doivent se questionner afin de vérifier des hypothèses pour arriver à une conclusion. Le plaisir est de constater que les étudiants en redemandent!

Je n’ai rien inventé et je m’amuse follement!
À suivre…

Sylvie Lévesque, enseignante
Accompagnée de Claudine Jourdain, conseillère pédagogique, conductrice et oreille attentive.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire